L'Iran : une ouverture prometteuse


Compte-rendu de la conférence du 16 décembre 2015 - Palais du Luxembourg
Conférencier : Bernard Hourcade, Directeur de recherche émérite au CNRS


Le 16 décembre 2015, Akteos a organisé un petit-déjeuner conférence sur l’Iran au Palais du Luxembourg. A cette occasion, Monsieur Bernard Hourcade, 
Directeur de recherche émérite au CNRS et Consultant Akteos, nous a développé son analyse personnelle de la situation actuelle de l’Iran et apporté un premier éclairage sur cette idée très en vogue : "L'Iran : une ouverture prometteuse".

 

L’ouverture de l’Iran 

L’année 1979 a été celle de la Révolution iranienne qui a fait basculer l'Iran monarchique en République Islamique à la suite de la chute du Shah d’Iran, Mohammad reza Pahlavi, renversé par l’ayatollah Khomeini. En dépit de ce changement radical il y a 36 ans, le "fantôme" du Shah était toujours présent dans les esprits notamment occidentaux. Selon Bernard Hourcade, le Shah d'Iran n'est donc réellement mort que le 14 juillet 2015.

Cette date marque la signature d’un accord historique entre l’Iran et les pays du « P 5+1 » (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), engageant un compromis sur le nucléaire iranien et le changement de position des Etats-Unis et de la France sur la reconnaissance de la République islamique d’Iran. Malgré cet accord, la situation de l’Iran reste souvent encore comparée à ce qu’elle était en 1979 et c’est, selon Bernard Hourcade, une erreur fondamentale.


En effet, un nouveau « logiciel » est en place… C’est là le début d’un tournant majeur dans l’histoire du pays qui atteint une nouvelle étape dans son existence en étant assez fort pour se faire respecter sur la scène internationale et montrer sa capacité à négocier avec succès.

L'ambition de s'intégrer dans le concert des nations tout en préservant son identité

L’Iran a souvent été considéré comme un pays ouvert sur le monde mais Bernard Hourcade nous alerte sur les stéréotypes. Après 36 ans de fermeture, l’Iran est bel et bien passé à côté de la mondialisation. Le pays nourrit aujourd’hui l'ambition de réintégrer le concert des nations tant sur le plan économique que politique.

Internet, la radio et la télévision ont contribué à accompagner cette ouverture. Les Iraniens ont suivi avec attention et précision ce qu’il s’est passé dans le reste du monde pendant 36 ans grâce aux médias. Aujourd’hui, ils possèdent donc la connaissance mais pas l’expérience de l’international et tout l’enjeu est là.
L’ouverture de l’Iran sur le monde est évidente et irrévocable. Tous les signaux sont au vert pour que le pays réponde à la nécessité de relever les défis de la pauvreté grandissante et de l’usure des générations. L'Iran est résolument dans une perspective de changement, de respiration culturelle et d'ouverture en dépit des conservatismes toujours puissants.


Tout au long de son Histoire, l’Iran a fait preuve de résistance en cherchant à défendre ses frontières et son identité. Cette Excellence de résistance se traduit également aujourd’hui avec le souhait de résister à "l'invasion" de la culture et du mode de vie occidentaux. Les Iraniens apprécient certe l'idée de l’ouverture du pays vers les investissements internationaux mais rejettent l’imposition de l’occidentalisation par peur de perdre leur identité culturelle.

Trois « I » pour comprendre l’Iran

Pour bien comprendre l’Iran d’aujourd’hui, il faut connaître ce qui le constitue au travers des trois « i », indispensables à l’analyse de toute situation iranienne.

  • L’Iran et le nationalisme

L’Excellence de Résistance, évoquée précédemment, sous tend un puissant sentiment nationaliste. Ce dernier est renforcé par une rivalité politique très forte induite par les jeux de pouvoirs entre le Président de la République et le Guide, élu par une assemblée d’experts. La fragilité politique à laquelle l’Iran peut être confronté dépend ainsi du rôle que jouera le Guide à l'avenir : soit il aura un rôle de représentation similaire à celui de la Reine d’Angleterre, soit il décidera de s’imposer plus fermement. Son service de sécurité issu de Gardiens de la Révolution (Pasdarans) peut également avoir une influence lourde, puissante et efficace face aux Ministres et leur Administration.
Alors que ce schéma politique peut fragiliser à tout moment l’équilibre du pays en fonction de la place prise par le Guide, d’importantes rivalités politiques se font jour dans la société iranienne. Les conséquences peuvent avoir indirectement un impact sur d’éventuelles négociations conduites avec des clients iraniens et notamment quand interviennent des acteurs d'origine iranienne mais expatriés. A nouveau, il faut donc avancer avec prudence.

 

  • L’Islam et sa place dans la société iranienne – L’Excellence islamique

L’Islam a toujours pris une place fondamentale au sein de la société iranienne. Certains Iraniens veulent affirmer haut et fort que la loi qui régit le pays reste l'Islam et font part d’un fort conservatisme au niveau des règles religieuses qui guident la société iranienne.
A titre d’exemple, Bernard Hourcade cite les 40 000 voitures qui ont été saisies par les autorités car elles étaient conduites par des femmes portant le voile de manière non conforme à ce que dictent les lois coraniques.

 

  • L’internationalisation avec l’ouverture de l’Iran sur le monde

La signature de cet accord a amorcé le début d’une ouverture en douceur et la volonté de s’ouvrir sur la scène internationale. Le respect de cet accord par Téhéran est tout à son avantage car il va être accompagné de retombées économiques substantielles avec une levée graduelle des sanctions imposées pendant de nombreuses années ainsi que le déblocage des sommes gelées à l’étranger. Les conséquences seront visibles d'ici à deux ans, pas avant selon Bernard Hourcade.  

 

L’Iran est-il un Eldorado ?

L’Iran a longtemps été considéré comme un eldorado avec 80 millions d’Iraniens éduqués et formés, un taux d’alphabétisation très élevé, même dans les espaces retirés (85% des femmes dans les campagnes savent lire et écrire) et une espérance de vie avoisinant les 90 ans. La société iranienne est une population en pleine dynamique d’ouverture avec un désir d’aller de l’avant. Le pays détient des ressources de pétrole et de gaz importantes, qui sont d'indéniables moyens de financement sur le long terme.


En effet, l’Iran possède bien des qualités mais le mythe de l’eldorado ne rime pas toujours avec réalité…


L’Iran est le pays plus vieux du Moyen-Orient et l’un des plus anciens Etat du monde, fruit d’une histoire riche et de racines fortement ancrées. Mais c'est aussi un pays démographiquement vieillissant avec une proportion des jeunes de moins de 20 ans la plus faible dans cette région du monde. Alors qu’il y a quelques années, l’Etat Providence assurait un revenu à chaque adulte, cela tend à disparaître face à la nécessité de développer les investissements productifs, sans parler de l'impact de la chute des cours du pétrole et du gaz...

L'Iran affronte également des disparités régionales dont il faut tenir compte, avec en particulier l'influence de nombreux pouvoirs locaux et régionaux. L’Etat contrôle 70 à 80% de l’économie et le reste est largement sous la tutelle des Gardiens de la Révolution, d'Hommes d’affaires du Sérail et de membres des fondations religieuses, tous influents au gré de leurs réseaux.

 

A quand l’embellie économique ?

Selon les chiffres de la Banque Centrale iranienne, le premier poste d’exportation reste les fruits secs et notamment les pistaches ; le second, les tapis, au même niveau que le pétrole et le gaz.
L’Iran détient une capacité industrielle et le potentiel pour développer une industrie de pointe remarquables et indubitables, avec des ingénieurs de haut niveau. C’est ce qui en fait son Excellence technologique en devenir.

Bernard Hourcade nous explique également que les cultures industrielles et de management "à l'occidental" sont peu présentes en Iran. 
Aujourd’hui, tout l’enjeu est de transformer ce potentiel en réalité. Les conséquences de l’ouverture de l’Iran vont apparaître de manière progressive. Mais à l’inverse d’un pays comme les Emirats Arabes Unis, l’Iran est bâti pour les stratégies de long terme et non court terme.

 

Comment faire des affaires en Iran ?

Sur le plan culturel et comportemental, il s’agit d’avoir conscience de la multitude des facteurs qui comptent en Iran. Les relations personnelles sont primordiales pour développer la confiance car c’est le pouvoir et l’influence qui priment largement sur l’argent. Ceux qui réussiront en Iran sont ceux qui respecteront, accepteront et reconnaîtront les codes cultures iraniens. Ce sont également ceux qui prendront le temps de connaître leurs interlocuteurs pour prendre la mesure de ce qui importe pour influencer leurs prises de décisions.


Bernard Hourcade conseille d'aborder l’Iran avec une stratégie à long terme, voir ce pays comme un potentiel extraordinaire, où il faut être présent.

Précipitez-vous en Iran mais hâtez-vous lentement ! L’Iran a le temps, il faut donc y être, préparer le terrain et y rentrer modestement pour s’y installer en douceur.

 

Pour aller plus loin :

Bernard HOURCADE

Bernard Hourcade

Directeur de recherche émérite au CNRS, géographe spécialiste de l'Iran et membre du réseau mondial Wilson Center, Bernard HOURCADE a été directeur de l’Institut Français de Recherche en Iran.
Il est consultant Akteos pour l'Iran.
 

Auteur de : 

  • Géopolitique de l'Iran (2010)
  • L'Iran au XXe siècle : entre nationalisme, Islam et mondialisation (2007)
  • Iran, les nouvelles identités d'une république (2002)

Il dirige de nombreuses recherches publiées sur www.irancarto.cnrs.fr.

Toutes les Akteos' News

L'echo interculturel #25 : Décodez la culture Asiatique

Découvrez toutes nos informations, évènements, articles sur

...

L'echo interculturel #24 : Interculturel et Afrique

Découvrez toutes nos informations, évènements, articles sur

...

L'echo interculturel #23 : Management interculturel

Découvrez nos articles, anecdotes et informations sur le man

...

L'Echo interculturel #22 : Focus sur le Japon

Découvrez nos articles et informations sur le Japon...

...

L'Echo interculturel #21 : Focus sur les USA

Découvrez nos articles et informations sur les Etats-Unis...

...

L'Echo Interculturel #20 : Le leadership au féminin

Pourquoi Hillary Clinton incarne-t-elle le leadership au fém

...

L'Echo Interculturel #19 : Focus interculturel sur l'Asie

"Plus on apprend, plus on voit qu'on ignore beaucoup de chos

...

Voir les autres rubriques

  1. DossierDocumentation

Google+

AKTEOS

6 rue du Quatre Septembre
92130 Issy les Moulineaux
France

Dept Interentreprises
+33 (0)1 55 95 85 13
inter@akteos.fr


Dept Intra-entreprise

+33 (0)1 55 95 85 18
intra@akteos.fr

Akteos autour du monde

Amsterdam

Bangalore

Beijing

Berlin

Bruxelles

Casablanca

Chennai

Dubaï

Genève

Hong Kong

Istanbul

Lisbonne

Londres

Madrid

Mexico

Milan

Montréal

Moscou

Nairobi

Niamey

Paris

Prague

Rangoun

Rio de Janeiro

Sao Paulo

Shanghai

Singapour

Tel Aviv

Tokyo

Washington