The Lunchbox - Un regard sur l'Inde

Un regard interculturel, avec la participation de Chhaya Mathur Saint Ramon, consultante Inde.
 

"Un mauvais train peut t'emmener
à la bonne gare."

The Lunchbox, d’une touchante beauté, nous entraîne au cœur d’une Inde tissée d’amours naissants, d’amours perdus, de solitudes douloureuses, de lourdes traditions et de petites révoltes.
 

Ila, jeune femme délaissée par son époux, cherche à le séduire de nouveau et à ranimer la flamme de leur amour par des plats raffinés auxquels elle ajoute une pincée de la magie des épices d’"Auntie", sa voisine.
Mais le premier déjeuner qu’ Ila prépare est livré à la mauvaise adresse par les Dabbawalas. C’est alors que Saajan, homme mature prêt à prendre sa retraite, veuf et solitaire, goûte à ces mets.
 

Ce déjeuner déclenche une histoire d’amour platonique et sensuelle entre Ila et Saajan. La correspondance qu’ils entretiennent grâce à cette erreur de livraison, via des lettres cachées sous le pain, se fait de plus en plus intime, et l’amour naît.
 

Qui sont les Dabbawalas ?

Hormis cette histoire d’amour délicieuse, le film régale les spectateurs de la découverte de l’Inde et de l’univers  – déroutant pour les occidentaux – des Dabbawalas de Mumbai.

Ci-dessous un documentaire pour en savoir plus :
 


Que retenir du film ?

Du film The Lunchbox, on retient le bruit de la ville indienne, la foule et les transports oppressants et pourtant bien vécus, l’ordre dans le désordre, la musique qui accompagne les Dabbawalas, les vêtements colorés, la sensualité des gestes, de la cuisine et des odeurs des plats qu’on peut presque sentir à travers la toile, la poésie de la relation manuscrite entre Ila et Saajan, des mots, des regards...

C’est un film qui fait partir le spectateur en voyage, qui l’envoûte.
 

Le rapport générationnel entre les protagonistes marque aussi les esprits :

- entre Ila et Saajan, bien sûr
- entre "Auntie" la voisine, femme d’un homme ayant eu un accident cérébral et en état de conscience minimale, et Ila, jeune femme, à l’écoute de ses conseils
- entre Ila et sa mère
- entre Ila et sa fille, à qui elle s’ouvre et raconte ses histoires familiales, grâce à Saajan et à ses mots
- entre Saajan, qui va partir à la retraite et Shaikh, son remplaçant, orphelin qui a grimpé seul les échelons grâce à sa persévérance… et aussi grâce à ses petits mensonges sur son curriculum
 

Ila et Saajan se transforment physiquement au fur et à mesure de leur ouverture l’un à l’autre. Ils s’ouvrent également au monde et à leurs proches.
Le sourire revient sur leur visage, leur cœur devient plus léger et Saajan rajeunit au fil de la relation qu’ils entretiennent.   
 

Ce que The Lunchbox nous apprend sur l’Inde

Une Inde stratifiée

Saajan travaille dans le service des réclamations comptables d’un service du gouvernement.

On voit qu’il est en bas de l’échelle de différentes façons :

- Les personnes travaillent les unes à côté des autres et partagent leurs bureaux. Elles n’ont pas d’ordinateurs et les piles de dossiers s’accumulent. De là on voit que les personnes présentes sont des fonctionnaires de 1er niveau.

- Saajan prend le train, pour plusieurs heures de transport chaque jour. Il faut savoir que ce mode de transport est réservé aux classes sociales inférieures. Si on a plus d’argent, on a un scooter. Si on en a encore plus, on prend le taxi. Si on est vraiment riche, on a une voiture avec chauffeur.
De plus, moins de 30% de la population vit en ville : moins les personnes sont aisées, plus elles sont en périphérie de la ville.
 

Il faut savoir également que la population de Mumbai a doublé en 10 ans. La vie a donc changé spectaculairement en 10 ans.
 

Quand on fait partie de la classe aisée en Inde, on a 2 appartements et on fait souvent 1 voyage par an à l’étranger. 
 

Une tradition qui évolue

En ce qui concerne la tradition des mariages arrangés, les choses évoluent. Certains arrivent à choisir leur conjoint.
Cependant, deux personnes qui sont reliées par le sang sous 7 générations n’ont pas le droit de se marier. Il faut donc remonter très haut dans son arbre généalogique pour vérifier ce fait avant de se marier.  
 

La mémoire des absents

Enfin, les cimetières ne sont pas visités. Les souvenirs des absents restent dans la tête et dans les histoires de la famille.
Par ailleurs, une personne ne peut être exhumée si son corps n’a pas été rendu en totalité à la terre. Nous venons du néant et notre corps doit retourner au néant. Sinon, l’âme est « rattrapée » par les mauvais esprits.
 

Contrairement à l’Afrique où les ancêtres sont les intermédiaires entre les dieux et les hommes vivants, en Inde, les ancêtres se réincarnent et la relation des dieux  à l’homme est directe.

 

Et aussi...

Les voyages en train ne sont pas mixtes et femmes et hommes voyagent dans des wagons séparés.
 

Quand on envoie un CV en Inde, il doit être très détaillé et peut faire 5 pages. Un CV d’une unique page est signe de manque d’expérience. 
 

À Mumbai, les immeubles sont extrêmement hauts. Ainsi, il est habituel de voir des petits paniers sur poulies. Les vendeurs de fruits et légumes viennent en bas des immeubles, mettent les commandes dans les paniers et l’argent redescend dans ce même panier. C’est leur manière de faire leurs courses, sans avoir à se fatiguer à descendre les escaliers.
 

Ce que The Lunchbox nous apprend sur nous-mêmes

Le premier regard se base sur ses propres références.
Ensuite seulement, sur l'inconnu.
C'est ainsi que chacun aborde le film et c’est naturel.

Chacun a tendance à regarder le monde avec ses propres références, cela rassure. Il faut cependant apprendre à dépasser cela pour s'ouvrir à l'inconnu.
 

Le raffinement des plats indiens

Chhaya MATHUR SAINT RAMON

Chhaya Mathur-Saint-Ramon, consultante Inde Akteos

Consultante-formatrice franco-indienne, Chhaya MATHUR SAINT RAMON est spécialisée dans l’accompagnement du développement international.

Forte de 15 ans d’expérience professionnelle à l’international, principalement en Inde, en Europe et au Moyen-Orient, Chhaya MATHUR SAINT RAMON a acquis une solide connaissance de l’aide au développement international des entreprises.

Son parcours biculturel franco-indien, son esprit d’entreprise, ses compétences de consultante et son savoir-faire pédagogique lui ont permis de développer une expertise spécifique dans le conseil et la formation pour les entreprises souhaitant développer leurs activités entre la France et l’Inde.

Voir les autres rubriques

  1. DossierDocumentation

Google+

AKTEOS

6 rue du Quatre Septembre
92130 Issy les Moulineaux
France

Dept Interentreprises
+33 (0)1 55 95 85 13
inter@akteos.fr


Dept Intra-entreprise

+33 (0)1 55 95 85 18
intra@akteos.fr

Akteos autour du monde

Amsterdam

Bangalore

Beijing

Berlin

Bruxelles

Casablanca

Chennai

Dubaï

Genève

Hong Kong

Istanbul

Lisbonne

Londres

Madrid

Mexico

Milan

Montréal

Moscou

Nairobi

Niamey

Paris

Prague

Rangoun

Rio de Janeiro

Sao Paulo

Shanghai

Singapour

Tel Aviv

Tokyo

Washington

Nous utilisons des cookies à des fins de statistiques et personnalisation des contenus.

Akteos a également publié sa politique de confidentialité sur la gestion des données à caractère personnel.

En savoir plus

J'ACCEPTE