Décryptage interculturel des élections américaines

La campagne électorale présidentielle américaine qui se termine reste pour beaucoup de Français un sujet d’étonnement lorsqu’ils la comparent aux usages de leur propre pays. 

Retour en arrière et décryptage à partir de quelques exemples choisis...

Comment les élections se déroulent-elles ? 

Les primaires 

C’est un scrutin indirect visant à élire des délégués pour les conventions nationales des partis, avec des différences importantes dans le processus selon les Etats (caucus ou primary par exemple).  

De très nombreux candidats ont concouru pour la primaire républicaine, dont quelques originaux. En plus des candidats républicains et démocrates, d’autres candidats indépendants se sont mis sur la ligne de départ.

L'élection finale 

L’élection finale pour la présidence est également un scrutin indirect, avec un nombre pour partie fixe et pour partie variable de grands électeurs par Etat, comme l’ont voulu les Pères Fondateurs de la Nation, il y a plus de deux siècles. 

En général plusieurs autres élections sont organisées simultanément. 

 

Le financement 

Le financement de la campagne s’est fait principalement via les «Super PACS ». Les «Political Action Committees» sont des comités de soutien théoriquement indépendants des partis et des candidats qui lèvent des fonds pour financer des campagnes publicitaires, des actions en faveur ou en défaveur d'un candidat. Les candidats ont pu grâce à eux réunir, auprès de donateurs privés (individus, entreprises, lobbies, syndicats, etc), des sommes records (centaines de millions de USD). 
  

Le rôle de la TV (débats)

En 2016, trois émissions télévisées ont permis aux deux finalistes sélectionnés de débattre des grands enjeux économiques et sociaux qui touchent l’Amérique actuelle, outre les invectives personnelles de l’un vers l’autre : effets de la mondialisation sur l’économie, crise financière, montée en puissance des diverses communautés, déclin lent mais progressif du leadership mondial, impacts des guerres perdues, etc.
  

L'interprétation par les Français 

Les Français pensent en général que le processus d’élection du Président est trop complexe pour être vraiment démocratique. 
Ils ont tendance à penser que le système permet à une élite de filtrer à son profit la compétition.
Cette interprétation est renforcée à la vue de l’importance des sommes réunies et dépensées pendant la campagne.  
Enfin, ils ne savent comment réagir quand ils voient des candidats dont les programmes sont si opposés se serrer la main longuement, plaisanter ensemble et se remercier mutuellement, comme on a pu le voir pendant la primaire républicaine.
  

L'évaluation 

Le point de vue français 

Les Français comprenant mal les mécanismes de l’élection US, ils l’évaluent souvent négativement.
Le processus est peu lisible pour eux comparé à l’élection directe française, plus simple il est vrai et moins coûteux. 
Ils le jugent ainsi comme le symbole d’un semblant de démocratie, archaïsante et élitiste. 
  

Lire autrement les élections 

Une autre grille de lecture est cependant possible. Le foisonnement des candidats qui entrent dans la compétition est bien l’expression d’une liberté d’opinion réelle et d’une démocratie active.  
La barrière de l’argent n’est que relative, puisque Bill Clinton et Barack Obama ont pu gagner en venant de milieux très défavorisés. Autrement, ils ont gagné avec l’argent des autres. 
Et, enfin, la façon de communiquer qu’ont les Américains, ce mélange de décontraction et de professionnalisme, permet de donner un contexte plus humain à la vie politique comme à la vie en entreprise. 
  

Que peut-on en apprendre ? 

La conclusion sera que comme pour toute organisation, le mécanisme de l’élection présidentielle US est sans doute perfectible. 


D’ailleurs, les Américains l’ont régulièrement amélioré au cours de l’histoire puisque de nombreuses réformes sont intervenues depuis l’origine du pays. 
Mais c’est un système démocratique admiré et envié par un grand nombre de populations à travers le monde.  


Comme d'habitude, nos diverses programmations culturelles nous font voir des réalités différentes et il faut se méfier des interprétations hâtives ainsi que des jugements de valeur. 

Lorsque l’on travaille avec des Américains, seule une formation adaptée permet de décrypter plus rapidement les codes de la culture américaine afin de réussir à être plus efficace dans les rapports professionnels. 

 

Voir les autres rubriques

  1. DossierDocumentation

Google+

AKTEOS

6 rue du Quatre Septembre
92130 Issy les Moulineaux
France

Dept Interentreprises
+33 (0)1 55 95 85 13
inter@akteos.fr


Dept Intra-entreprise

+33 (0)1 55 95 85 18
intra@akteos.fr

Akteos autour du monde

Amsterdam

Bangalore

Beijing

Berlin

Bruxelles

Casablanca

Chennai

Dubaï

Genève

Hong Kong

Istanbul

Lisbonne

Londres

Madrid

Mexico

Milan

Montréal

Moscou

Nairobi

Niamey

Paris

Prague

Rangoun

Rio de Janeiro

Sao Paulo

Shanghai

Singapour

Tel Aviv

Tokyo

Washington

Nous utilisons des cookies à des fins de statistiques et personnalisation des contenus.

Akteos a également publié sa politique de confidentialité sur la gestion des données à caractère personnel.

En savoir plus

J'ACCEPTE